Geraldine VOVOR, jeune entrepreneure ambassadrice des talents et cultures d’Afrique

GERALDINEshoot-22709-199x300

Qui est Géraldine ?

Née d’un père Togolais, et d’une mère Ivoiro-Libanaise, Géraldine Vovor est une jeune entrepreneure, fondatrice de Diaspora Got Talent : une structure d’organisation d’événements à concepts originaux qui fait la promotion des talents et cultures de l’Afrique et de sa diaspora Africaine en particulier.

Elle est également la Secrétaire Générale de l’Association « One Cause » : une association qui a pour but de venir en aide au continent africain en termes de santé, d’éducation, d’alimentation et d’échanges culturels (association également organisatrice du concours Miss Côte d’Ivoire France).

Après un Bachelor Marketing obtenu en Afrique du Sud, Géraldine choisit de poursuivre ses études dans le domaine de la communication des entreprises. Elle se spécialise très vite en communication politique et finit par obtenir un diplôme dans ce domaine.

Toujours animée par la volonté d’apprendre, Géraldine va poursuivre ses études, cette-fois, en sociologie des entreprises et des innovations avec une spécialité dans le management des compétences.

En parallèle de son parcours académique brillant, Géraldine a aussi pu compter sur ses expériences professionnelles remarquables aussi bien en Afrique qu’en France. En effet, elle a occupé des postes au sein du Groupe Afrique Challenges (en Côte d’Ivoire) ou encore Draft FCB (au Sénégal). Mais également au sein d’agences de relations publiques telles que Marsteller, Publicis MS&L ou encore DDB nouveau monde puis au sein de la Direction du Marketing et des Ressources Humaines de la SNCF (en France).

Ambitieuse et motivée, Géraldine choisi d’explorer un tout autre volet professionnel et suit une formation en sûreté aéroportuaire afin de devenir agent d’escale à l’aéroport de Roissy CDG. Un poste riche et polyvalent qui lui aura permis pendant 18 mois de découvrir le monde du voyage, du tourisme, et des activités aéroportuaires tout en s’épanouissant dans ce domaine.

Focus sur son projet:

Cette jeune et infatigable entrepreneure est toujours à la quête de de nouveaux challenges. Ceci s’explique par le fait que très jeune, elle a baigné dans cet environnement entrepreneurial. En effet, elle nous explique qu’au sein de sa famille maternelle, on retrouve beaucoup de commerçants (sa maman étant ivoiro-libanaise, et les libanais sont réputés pour être de grands commerçants en Afrique).

Elle nous raconte également une petite anecdote :

G.V : « Pendant mon enfance lorsque je n’allais pas rejoindre mon père à Lomé avec mes cousines nous faisions des croquettes, du toffee et même du pain perdu que nous allions vendre pas bien loin puisque nous avions déjà notre première clientèle au sein même de notre famille. Les plus fidèles étaient bien souvent nos oncles.

Je me rappelle également d’une fois ou ma mère me demanda ce que je souhaitais faire plus tard comme métier. Sans hésiter je lui répondis “servante”. Je vous laisse imaginer sa stupéfaction quant à cette ambition pas très glorieuse à son goût.

Mais en réalité ce que cela cachait était ma véritable envie d’entreprendre car j’en ai connu une extrêmement douce et attentionnée. Sa particularité était qu’elle vendait de l’aloco (frites de bananes plantains) les après-midis, et c’était ça ce dont j’avais envie : vendre aux gens des produits qui allaient les ravir ; le contact avec la clientèle et tout gérer de A à Z depuis les achats de matières premières à la vente. »

Géraldine a toujours eu la conviction que l’entrepreneuriat serait un véritable moyen d’allier son épanouissement personnel et professionnel. C’est d’autant plus à l’approche de ses 30 ans, qu’elle s’est décidée à sauter le pas et prendre le risque en créant sa propre activité. Chose qu’aujourd’hui elle ne regrette pas et qu’elle vit amplement.

L’aspect financier, comme tout entrepreneur désirant se lancer était une étape difficile dans laquelle s’était retrouvée Géraldine, mais cela ne fût en aucun cas un point de blocage, bien au contraire.

Se définissant comme de nature très timide et réservée, Géraldine a su, avec le temps, gérer comme il se devait certaines situations dans lesquelles elle était confrontée : comme par exemple l’exposition aux médias dans le cadre de ses activités entrepreneuriales.

Remarques et suggestions :

Depuis le mois de Février, Diaspora Got Talent affiche une belle évolution puisque déjà deux concepts ont été développés : à savoir « l’Afro Brunch by G » et la « Diaspora Fashion Night ». Face à ces concepts à succès, Géraldine s’est vue sollicitée dans le cadre de partenariats pour des évènements publics comme avec le « Labo International » qui organise le salon de la mode technique à Paris, ou encore pour des évènements privés avec quelques entreprises.

De belles surprises sont à venir, avec en occurrence de nouveaux projets qui verront le jour dès la rentrée 2016 avec toujours comme objectif principal de : « promouvoir les talents et les compétences de la communauté africaine de la diaspora ».

Pour terminer ce portrait, Géraldine nous livre ici quelques points de vue et conseils précieux :

G.V : « Je donne rarement des conseils pour l’entrepreneuriat. Cela dit, pour moi un bon entrepreneur est à la fois passionné, déterminé avec un soupçon de masochisme !

Ce n’est pas facile tous les jours, il faut donc aimer un peu le plaisir que procure la douleur afin de l’encaisser plus facilement et rebondir juste après avec le sourire. Et c’est en cela que réside la grande différence avec les autres. Un bon entrepreneur a cette faculté de tirer parti de ses échecs pour mieux revenir, car il aura (sans se l’avouer) apprécié ce moment où il a été éprouvé par un échec ou un blocage »

Nous remercions Géraldine pour ce témoignage riche et inspirant qui ne laisse aucun doute sur sa véritable place d’ambassadrice de l’Afrique heureuse et compétente. Nous lui souhaitons tout le succès possible dans ces actions et attendons avec impatience ces belles surprises à venir.

ÉTIQUETTES :

Laisser un commentaire