Migration : un chalutier avec 800 cadavres remonte en surface

Un an complet immergé en Méditerranée : les migrants qui se noyèrent en 2015 ont commencé la remontée en surface.

La marine militaire italienne a entamé, mercredi, l’opération de remontée du chalutier qui fit naufrage au large des côtes libyennes en avril 2015 avec plus de 800 migrants à son bord. C’est la pire catastrophe survenue en Mer Méditerranée depuis toujours. Pendant un an, ce drame immense a été au cœur des polémiques, devenant emblématique d’une immigration dont l’Italie reste un des pays les plus touchés par les flux. Et peut-être aussi par les menaces terroristes qui sont supposées aller avec.

L’épave de ce chalutier a entamé la remontée à 17h, grâce à un module de récupération accroché par la marine italienne. Le bateau, avec ses 800 cadavres, gisait par 370 mètres de fond. C’est dans la nuit du 18 au 19 avril 2015, que ce chalutier surchargé avait sombré après avoir percuté le cargo portugais venu à son secours. Il n’y eut que 28 survivants, qui ont raconté avoir été plus de 800 au départ.

Le Premier ministre italien, Matteo Renzi, s’était engagé à donner une sépulture digne à ces infortunés. Promesse tenue. Entre le scepticisme de son opposition et les tiraillements de toute une classe politique italienne divisée autour de la question si discutée de l’immigration, M. Renzi a tenu parole. La remontée des cadavres vise aussi leur identification possible. La marine italienne avait retrouvé le chalutier à environ 370 mètres de profondeur, à 150 kilomètres au nord des côtes libyennes.

Les morts par noyade en Méditerranée se sont multipliés ces quatre-cinq dernières années. Hommes, femmes ou enfants en sont les victimes ordinaires. Il ne passe pas de semaine que des pêcheurs ne ramènent en surface des corps de migrants, ou que des cercueils sans identification ne soient portés en terre, sans mention spéciale. Mais cette succession de drames ne parvient pas à décourager les candidats à l’immigration en Europe.

Lucien Mpama

CATÉGORIE :

ÉTIQUETTES :

Une réflexion au sujet de « Migration : un chalutier avec 800 cadavres remonte en surface »

Laisser un commentaire